le courage [Bushido 2/8]

“Comprendre ce qui est juste, et ne pas le faire, démontre l’absence de courage“

Confucius

Le type de courage dont parle le code du Bushido n’est pas très différent du type de courage décrit dans les enseignements plus occidentaux. Cependant, il est différent en ce sens qu’il est plus étroitement lié à la droiture. 

Si la droiture consiste à prendre la bonne décision, alors le courage est ce qui est nécessaire pour agir sur cette décision. 

Un homme courageux peut tenir tête à dix hommes ou avoir le courage d’explorer seul les jungles et les montagnes. Cependant, le vrai courage se manifeste lorsqu’un homme faible se dresse contre une force brute, injuste, et la faire cesser. 

Le vrai courage se manifeste lorsqu’un homme, qui craint l’eau, saute dans la mer pour sauver une vie.

Pour un samouraï, le degré de courage d’un guerrier ne se mesure pas à sa volonté de dégainer sa lame, ni à son manque de peur ou à sa bravoure. Le samouraï considère plutôt que le courage est une qualité inséparable de la force de l’esprit, ou de la force de l’âme. 

Le courage, pour un guerrier, peut sembler être un concept assez simple : voir l’ennemi, dégainer son arme et l’affronter. Cependant, comme nous l’avons mentionné, le courage dans le Bushido est étroitement lié à la droiture. En gardant cela à l’esprit, un samouraï devrait considérer tous les aspects de la situation en cours, puis décider de la bonne voie, et c’est seulement alors qu’il devrait faire appel à son courage. 

Il était une fois un samouraï appelé Musashibo Benkei.

C’était un sōhei, un moine guerrier du XIIème siècle, célèbre pour sa grande force. On dit qu’il a vaincu plus de mille hommes, en duel et sur les champs de bataille. Cependant, ce n’est pas la raison pour laquelle on se souvient de lui.

Benkei était célèbre pour la bataille de Komoro, au château de Koromogawa no Tate

Afin de permettre à son maître, Minamoto no Yoshitsune, de commettre le seppuku, Benkei a tenu le pont devant la porte principale, seul contre l’armée ennemie, où il a tué plus de 300 soldats. 

On dit que les soldats ennemis avaient tellement peur d’affronter Benkei au corps à corps qu’ils ont choisi de tirer et de tuer Benkei avec des flèches. Ainsi, ce n’est pas la force ou l’habileté de Benkei qui est honorée à ce jour, mais plutôt sa détermination à tenir bon pour défendre son maître jusqu’à la mort, ainsi que son courage pour affronter toute une armée ennemie. Seul. 

Un samouraï n’a jamais peur d’agir lorsqu’il s’agit de défendre la justice et la droiture. 

“J’ai appris que le courage n’était pas l’absence de peur, mais le triomphe sur elle. L’homme courageux n’est pas celui qui n’a pas peur, mais celui qui vainc cette peur“

Nelson Mandela

Comme pour la droiture, le courage n’est pas encore totalement tombé en désuétude dans ce monde moderne. 

Les films où le héros possède le courage de lutter contre ce qui ne va pas, sont encore très populaires. 

Nous sommes également confrontés dans notre vie quotidienne à des situations qui ne sont peut-être pas aussi dramatiques que dans les films de super-héros, mais qui exigent tout de même du courage. 

Ne confondez pas le courage avec la bravoure conventionnelle. Dans un contexte professionnel par exemple, un employé brave pourrait oser se lever lors d’une réunion et proposer une idée révolutionnaire à la direction. 

Un employé courageux n’a cependant pas peur de dire à la direction que le projet actuel n’a aucune chance de succès, même s’il sait que le projet a été personnellement suggéré par le directeur général, qui est connu pour son intolérance à toute critique et sa rancune. 

Dans les décisions d’affaires, il ne suffit pas de dire “Je vais courageusement prendre ce risque pour gagner de l’argent“. Parfois, la bonne décision commerciale peut entraîner des pertes ou des difficultés temporaires ; il peut être tentant d’emprunter la voie de la rentabilité facile qui vous obligera à sacrifier vos principes ou à utiliser des méthodes contraires à l’éthique. Le facteur décisif, ici, est le courage. Le courage d’accepter la perte, plutôt que de tricher. Le courage d’honorer le contrat, même si cela signifie que la trésorerie de l’entreprise en souffrira. 

Pour tout ce qui vaut la peine d’être fait, il faut en payer le prix; et le prix, c’est le courage de faire ce qui est juste. 

Si tous les bons choix mènent à la richesse et à la facilité, pourquoi aurions-nous besoin de courage ? 

L’intérêt personnel suffirait. Alors, en tant que guerrier courageux en ces temps modernes, prenez les bonnes décisions et avancez courageusement dans les batailles de votre vie.

santé, mindset, argent, compétences sociales, psychologie, sagesses anciennes, … 
Inscrivez vous pour recevoir conseils 
et exclus privées par email

Emails gratuits. Désinscription en 1 clic. Vos données sont privées et le restent.