Mastery de Robert Greene [résumé]

Ce résumé contient des liens affiliés Amazon.

Dans son livre Mastery, Robert Greene aborde le concept nébuleux de “maîtrise“, que l’on atteint après 10 000 heures de pratique délibérée et que l’on a acquis un sens intuitif de son domaine.

Einstein, Mozart, Da Vinci et Darwin n’étaient pas des génies de naissance. Ils ont plutôt poursuivi leurs passions, étudié méticuleusement pendant des milliers d’heures, et ont été capables de réveiller leur créativité d’enfant.

Vous vous soumettez d’abord à une phase d’apprentissage, au cours de laquelle vous observez et étudiez tranquillement à l’écart. Ensuite, vous débloquez votre créativité et obtenez une maîtrise intuitive.

Introduction

Lorsque vous commencez à apprendre un nouvel instrument ou à exercer un nouveau métier, vous vous sentez intimidé. Vous n’avez aucune idée de la structure musicale ou de la dynamique sociale.

Cependant, si vous ne laissez pas cette peur se transformer en ennui et en impatience, vous commencez à voir des connexions. Ensuite, vous pouvez commencer à mélanger votre intuition avec la rationalité.

Les premiers préhumains, qui mesuraient moins d’un mètre cinquante, sont devenus “les chasseurs les plus redoutables de la planète“ en étant capables de se détacher du moment présent et de voir des modèles.

De nos jours, la maîtrise est considérée comme désuète et dépassée. Nous méprisons la discipline et souhaitons que notre technologie puisse faire tout le travail. Cependant, à vouloir des connexions ou des astuces politiques faciles, on s’affaiblit et on se retrouve dans une carrière sans issue.

Les gens veulent croire que le talent est simplement inné. Mozart et Da Vinci n’avaient pas nécessairement un talent inné. Ils consacraient simplement plus d’heures à leurs passions.

Francis Galton, le cousin de Charles Darwin était plus intelligent, mais c’est sa passion pour la collecte de spécimens qui a conduit Charles à ses théories qui ont changé le monde.

Certains ont un problème moral avec l’acquisition de la maîtrise ou du pouvoir sur le monde, estimant que c’est le “domaine des élites patriarcales qui nous oppriment“. Croire que le pouvoir est intrinsèquement mauvais peut nous infecter subtilement.

Essayez plutôt de voir la maîtrise comme un objectif positif permettant d’atteindre un niveau d’intelligence supérieur, en accord avec nos inclinations uniques.

“Le pouvoir qu’ils ont atteint est clairement le résultat d’un effort et d’un processus, et non de la génétique ou d’un privilège“

Chapitre 1. Découvrez votre vocation : La tâche de la vie

Le mot “vocation“ vient du fait que l’on entend une voix Divine au plus profond de soi.

La fascination de Leonard De Vinci pour les croquis du monde qui se trouvait devant lui, lui a permis de peindre avec un œil rigoureux pour les détails. Son obsession pour les oiseaux lui a donné envie d’inventer des machines volantes. Il a ignoré ceux qui disaient qu’il travaillait trop lentement, et ceux qui disaient qu’il devait ignorer sa voix intérieure et aller à Rome comme les autres jeunes adultes.

Même Einstein parlait d’une voix intérieure. Au lieu de considérer cela comme mystique, voyez-le comme pratique : nous avons tous une combinaison unique d’ADN, et donc des inclinations uniques. “Ce sont des forces en nous qui viennent d’un endroit plus profond que les mots conscients peuvent exprimer“.

La force contraire est le désir de se conformer aux attentes des autres, qui sape lentement cette voix intérieure. “Reconnectez-vous à votre inclination“, éliminez les autres voix, et regardez profondément dans votre enfance pour trouver votre vocation.

La vie moderne manque d’un but plus large, et nous réalisons à peine à quel point ce vide nous affecte subtilement. Cette “quête de type religieux“ n’est pas antisociale, mais plutôt un but plus élevé en dehors des goûts des autres ».

Il existe 5 méthodes pour trouver votre voix intérieure :

  1. Les origines
    Albert Einstein et Marie Curie ont tous deux eu des moments dans leur enfance qui ont éveillé leur curiosité. Souvenez-vous de moments de curiosité ou d’un profond sentiment de puissance.
  2. Niche
    Avec trop de concurrence, il peut être difficile de prospérer. Trouvez une petite niche étroite et dominez-la.
  3. Rébellion
    Le père de Mozart l’obligeait à subvenir aux besoins de toute la famille. Son père voulait qu’il devienne chef d’orchestre. Lorsque Mozart a choisi de se rebeller et de rester à Vienne, son sentiment de colère et de rébellion contre son père l’a poussé à composer “à un rythme furieux, ses opéras et ses compositions les plus célèbres“.

Les fausses routes peuvent provenir du désir d’argent, d’attention ou de célébrité. Mais vous devez utiliser la colère et vous rebeller activement contre ceux (parents ou pairs) qui ont encouragé cette voie. “Laissez votre sentiment de rébellion vous remplir d’énergie et de détermination“.

  1. Adaptation
    Une fois que Freddie Roach s’est retiré de la boxe, il a aidé par hasard quelqu’un à boxer une fois et s’est revigoré dans la boxe. Il est ensuite devenu l’un des meilleurs entraîneurs de boxe.
  2. Vie ou mort
    Richard Buckminster Fuller a échoué dans plusieurs de ses entreprises. Il était sur le point de se suicider, lorsqu’il a entendu une voix lui dire qu’il était là pour répondre aux besoins de l’univers. Il a embrassé son caractère unique, et a utilisé son imagination pour inventer de nouvelles conceptions radicales.

“Les gens ont plus souffert de la similitude, que de l’incapacité à penser à faire les choses différemment“

Chapitre 2. Se soumettre à la réalité : L’apprentissage idéal

L’apprentissage est considéré comme une “relique pittoresque d’une époque révolue“. Pourtant, tous les maîtres ont connu une période de développement de 5 à 10 ans dont on parle rarement.

Lorsque Darwin a voyagé et qu’il a vu la “lutte acharnée pour la survie“ de la nature, il s’est passionné et a cherché voracement de nouvelles espèces pour développer ses théories.

L’objectif est de transformer votre esprit, plutôt que de gagner de l’argent.

Apprenez à (a) accepter la critique, (b) vous faire passer d’impatient dispersé et distrait en une personne disciplinée et concentrée, et (c) vous pousser constamment hors de votre zone de confort.

  1. L’observation approfondie
    Examinez les connaissances existantes dans le domaine : jeux politiques, règles de comportement, dynamique du pouvoir, etc.

Observez et n’essayez pas d’impressionner les autres à ce stade. Tous les détails comptent. Soyez comme un chasseur étudiant le pouls de la jungle.

  1. La pratique
    Développez des “connaissances tacites“, c’est-à-dire “un sentiment pour ce que vous faites qui est difficile à exprimer avec de mots“. Imitez les maîtres existants et imaginez comment ils pensent.

L’“inévitable monotonie“, la “douleur et l’ennui“ endurcissent votre esprit. Ignorez votre enfant intérieur qui souhaite un plaisir immédiat. Obtenez un retour d’information, faites face à vos insuffisances et trouvez des nuances, afin de pouvoir devenir “créatif et ludique“ avec vos compétences.

  1. L’expérimentation
    Commencez à expérimenter, acceptez les critiques et trouvez les lacunes de vos connaissances dans le monde réel.
  • Arrêtez de vouloir plaire aux gens ou de chercher à les impressionner.
  • Toujours se mêler à de nouveaux maîtres potentiels.
  • Se sentir inférieur comme un enfant. Le besoin de se sentir supérieur et suffisant provient de la peur de l’inconnu.
  • Quand vous ressentez “panique et incertitude“, vous devez “faire confiance au processus“. Embrasser la connaissance écrasante.
  • Aller vers la résistance et la douleur et s’engager dans une pratique rigoureuse, même en dehors des heures de travail.
  • Rendez volontairement la tâche plus difficile, que ce soit en jouant au basket-ball avec de mauvaises lunettes ou en réécrivant les poèmes d’autres poètes.
  • Accepter la critique brutale et être critique envers soi-même.
  • Éviter de suivre un chemin rigide dans la vie, qui mène à “une carrière sans issue à la quarantaine“.

“Le seul véritable obstacle à cela, c’est vous-même et vos émotions – l’ennui, la panique, la frustration, l’insécurité“

Chapitre 3. Absorber le pouvoir du maître : la dynamique du mentor

Dans le passé, il y avait une aura d’autorité » autour des Maîtres. Aujourd’hui, nous aimons “critiquer et démystifier“ toute personne chez qui nous ressentons cette aura de pouvoir.

Nous aimons être autodidactes et pensons que se soumettre à un mentor est une faiblesse. Pourtant, avoir un mentor et absorber ses schémas de pensée peut rationaliser le processus d’apprentissage.

Rendez la connaissance vivante grâce à un lien émotionnel qui va au-delà de la relation typique élève-enseignant, en absorbant ainsi toute sa façon de penser.

Les meilleurs maîtres ont beaucoup de personnes qui leur demandent du temps, alors en effectuant des tâches de secrétariat subalternes pour eux, vous pouvez en obtenir un accès unique en personne.

Comme un joueur de tennis qui observe son entraîneur, il existe des indices subtils que vous ne pouvez déceler qu’en les voyant en action. Idéalement, vous voulez des maîtres non spécialisés qui possèdent un large éventail de connaissances.

Ne vous sentez pas coupable de les quitter lorsque cela est nécessaire.

Le maître va vous influencer profondément, alors assurez-vous de choisir le bon mentor. Par exemple, si vous avez un objectif révolutionnaire, assurez-vous qu’il n’est pas dominateur. Si vous êtes confus, trouvez des mentors qui peuvent vous apporter de la clarté. Absorbez ce qu’ils enseignent et imitez-les entièrement.

Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez l’adapter à votre propre style. Apprendre de la souffrance et des situations difficiles est méprisé aujourd’hui. Il est considéré comme abusif de piétiner l’estime de soi de quelqu’un. Pourtant, vous avez besoin de mentors qui seront durs avec vous, qui vous mettront au défi et qui vous montreront vos forces et vos faiblesses.

Chapitre 4. Voir les gens comme ils sont : L’intelligence sociale

Lorsque nous sommes enfants, nous avons tendance à voir les adultes à travers nos émotions. En gardant cette “perspective naïve“, nous sommes aveuglés par les manipulations des autres. Cela nous pousse à nous mettre sur la défensive et à consolider cette vision naïve.

Ne craignez pas, n’idolâtrez pas, n’adorez pas et ne diabolisez pas les gens. Acceptez-les tout simplement.

Voyez le monde à travers leurs yeux, et veillez à ne pas surcompenser en devenant cynique.

Connaissances spécifiques

Prêtez une attention particulière au ton de la voix et au langage corporel, et regardez comment les autres se comportent dans des situations stressantes ou en présence de figures d’autorité.

Relâchez vos processus de pensée et voyez les choses de leur point de vue, en acceptant qu’ils puissent vous influencer dans le processus.

Observez leurs motivations cachées (comme le pouvoir) et remarquez leurs surcompensations (par exemple, ils peuvent se mettre en avant en raison d’un manque d’assurance, ou devenir excessivement amicaux pour cacher des ambitions profondes).

Ne prenez pas leur première interaction avec vous pour la réalité ; ils portent un masque au début et vous devez voir comment ils agissent au fil du temps.

Connaissances générales

L’envie
Les personnes envieuses sont généralement peu sûres d’elles et aiment saboter les autres. “L’intelligence est le point de déclenchement le plus sensible de l’envie“.

Intéressez-vous à leur travail, et révélez même certaines de vos propres insécurités.

Le conformisme
Les valeurs dominantes de la culture sont remises en question lorsque vous ne vous conformez pas.

La rigidité
La plupart des gens (surtout les personnes âgées) n’aiment pas que leur vision du monde soit bouleversée. Ils deviennent irritables face aux nouvelles idées, et parfois même face à votre esprit d’aventure.

L’aversion pour soi
Les personnes qui ont désespérément besoin d’être appréciées dissimuleront leur égocentrisme sous “une aura de morale ou sainte“. Vous devez faire appel à leur intérêt personnel.

La paresse
Avec les personnes qui cherchent des raccourcis, restez prudent et évitez de les laisser vous voler vos idées.

La fugacité
Les personnes qui sont trop influencées par leurs émotions peuvent être enthousiasmées par une idée aujourd’hui, mais être tièdes demain. Restez éloigné de ces personnes, et observez leurs actions plutôt que leurs paroles.

L’agressivité passive
Ces personnes craignent la confrontation au plus profond d’elles-mêmes et aiment contrôler la dynamique. Évitez-les comme la peste et ne vous laissez pas entraîner dans un drame.

Gardez des parties de vous-même cachées. En étant simplement vous-même, vous faites preuve d’inconscience. Nous portons des masques tout le temps. Il suffit d’en prendre conscience et de les cultiver, en ne les laissant tomber qu’en privé.

Utilisez votre travail pour exprimer votre intelligence sociale en (a) ayant le souci du détail, (b) acceptant les commentaires pour montrer que vous écoutez, et (c) écrivant clairement pour montrer que vous vous souciez de la façon dont votre travail est perçu.

Les gens ne vous diront pas ce qui les offense réellement, et nous sommes généralement choqués par les commentaires. Acceptez qu’il y ait dans la vie des imbéciles qui sont trop occupés à se concentrer sur le moment présent et les situations à court terme. Considérez-les comme de simples meubles dans la vie.

  • Temple Grandin est une professeure autiste. Ce n’est qu’au prix d’un effort concerté qu’elle a réalisé à quel point son comportement donnait à ses collègues un sentiment “d’insécurité, d’inutilité et d’infériorité“.
    Analyser les situations passées pour vous améliorer.
  • Johann Wolfgang von Goethe était l’un des écrivains les plus célèbres de son époque, mais dans les situations sociales, il mettait un masque et observait les autres pour ses livres. “Il transformait ses frustrations sociales en un jeu des plus productifs et agréables“.
  • Le linguiste Daniel Everett a été attaqué pour ses théories novatrices. Pourtant, il utilisait ses critiques à son avantage, en imaginant comment ils réagiraient à n’importe laquelle de ses théories, puis en renforçant ses théories.

“Développer vos pouvoirs intellectuels aux dépens du social, c’est retarder votre propre progression vers la maîtrise“

Chapitre 5. Eveiller l’esprit dimensionnel : Le Créatif-Actif

Enfants, nous pensions en termes d’images, d’impressions et de vibrations, considérant la vie comme un jeu. Nous appelons cela “l’esprit originel“.

Lorsque nous devenons des adultes défensifs et rigides, cela devient “l’esprit conventionnel“.

Les maîtres ont à la fois une ouverture créative et une connaissance approfondie de leur sujet, ce qui donne un “esprit dimensionnel“.

Notre cerveau adore créer des liens. Stimulez la sérendipité en cultivant une variété de connaissances. Par exemple, Thomas Edison a remarqué que son télégraphe émettait des bruits qui “ressemblaient à des conversations humaines entendues indistinctement“ et a ensuite inventé le premier appareil d’enregistrement.

Faites preuve de patience et de foi, et devenez “obsessionnel dans la chasse“. Cet engagement émotionnel est nécessaire pour gérer la corvée quotidienne sur le chemin de la maîtrise. Ne restez pas bloqué dans un verrou technique où vous êtes trop embourbé dans les détails pour oublier le but de votre vie.

La créativité est stimulée par l’inconventionnalité et la rébellion, mais veillez à éviter les pièges suivants :

  • Grâce à vos nouvelles connaissances d’apprenti, évitez d’avoir peur des nouvelles idées. Évitez de devenir “trop attaché à vos idées“, ce qui crisperait votre esprit.
  • Abandonnez le besoin de confort et de répondre aux attentes des autres. Devenez un explorateur qui ne se soucie pas de l’échec financier.
  • Embrassez le doute et l’incertitude. Laissez tomber votre ego et votre besoin d’avoir raison. Évitez le biais de confirmation, en ne cherchant qu’à confirmer vos modèles mentaux existants.
  • Évitez d’avoir besoin de tout juger. Lisez des livres peu familiers pour vous ouvrir l’esprit.
  • Les universitaires ont tendance à acquérir des connaissances, mais leur peur les empêche de proposer de nouvelles idées audacieuses. Ils font semblant d’être sceptiques, mais sont en réalité mus par la peur de se tromper. “Cette peur de la spéculation se fait passer pour du scepticisme“.

Le concept du “courant“ est “l’alternance entre la spéculation et l’observation/expérimentation“. Quelques exemples de l’adoption de ce courant :

  • La théorie de l’évolution de Darwin
  • La théorie de la relativité d’Einstein
  • L’homme primitif utilisant des bâtons comme outils

Les personnes créatives voient différents angles et “ne se précipitent pas pour généraliser et étiqueter“. Si leur nouveau livre ou leur entreprise ne marche pas bien, ils peuvent prendre du recul et se rendre compte que leur esprit est trop embrouillé. Ils se plongent dans les détails, comme Da Vinci était connu pour le faire.

Ils recherchent les détails anormaux, car les détails vous montrent où les modèles généralisés échouent. Par exemple, les fondateurs de Google se sont concentrés sur de petites anomalies dans la façon dont les moteurs de recherche classaient “accidentellement“ mal les pages.

Penser avec des mots peut vous limiter. Le langage a sa propre logique et sa propre grammaire qui “est souvent trop stricte et contraignante“. Revenez à une pensée primitive en termes d’images.

En outre, trouvez des passe-temps qui utilisent vos mains. De Vinci, Einstein et Freidrich Shiller, ont tous fait jaillir la créativité en jouant avec des objets dans leurs mains.

Les maîtres créatifs ont des exigences extrêmement élevées et ressentent constamment le doute. Cette tension intérieure et cette frustration peuvent conduire à la stagnation au fil du temps. Pourtant, les maîtres savent intuitivement qu’il faut persévérer.

De longues promenades après un sentiment de frustration, par exemple, peuvent offrir le recul nécessaire pour avoir une vue d’ensemble.

Parfois, il est nécessaire de lâcher prise pour acquérir de nouvelles connaissances. Einstein lui-même n’a compris la relativité qu’après avoir abandonné.

Battez-vous jusqu’au “doute maximum“, sachant que lorsque vous prendrez du recul, vous obtiendrez l’illumination nécessaire. Cependant, les émotions suivantes doivent être maîtrisées :

L’autosatisfaction
Se moquer des choses nous rend cyniques. N’oubliez pas d’être rempli d’admiration.

Penser que vous connaissez les réponses est une supériorité suffisante qui empêche le succès.

Le conservatisme
Ne soyez pas trop rigide dans votre style de travail, votre style de vie ou votre confort matériel.

La dépendance
Devenez indépendant après votre apprentissage, et surmontez le besoin d’approbation.

L’impatience
Vouloir tout, tout de suite, produira de la médiocrité. Soyez rigoureux et faites preuve de patience.

“Le plus grand obstacle à la créativité est votre impatience“

La grandiosité
Être désespérément à la recherche de louanges et croire que personne d’autre n’est plus intelligent que vous, vous conduira inéluctablement à l’échec.

L’inflexibilité
Vous devez faire preuve à la fois de doute et d’optimisme. Soyez ouvert aux nouvelles idées et remettez constamment en question vos idées existantes.

Les conventions binaires, par exemple “rationnel“ et “irrationnel“, ou “bien“ et “mal“, nous font oublier la nuance.

“La créativité est par nature un acte d’audace et de rébellion“

Chapitre 6. Fusionner l’intuitif avec le rationnel : La Maîtrise

La maîtrise, en tant que forme d’intelligence, est généralement ignorée.

La rationalité (pensée linéaire de cause à effet) est facile à vérifier.

Cependant, les maîtres ont un sens aigu de l’intuition, fruit d’années d’immersion dans un sujet. Einstein ne pouvait pas nécessairement recréer son processus de pensée linéaire menant à la relativité, pourtant, après des milliers d’heures d’immersion dans la physique moderne, cette idée lui est venue en un éclair.

Les animaux ne peuvent pas simplement être disséqués en leurs organes et psychologies constitutifs. Leur comportement recèlent un élément supplémentaire, une “sensation d’ensemble“ dynamique.

La guerre comporte en outre un élément imprévisible, dans lequel la sensation dynamique de l’ensemble n’existe qu’au moment de la bataille.

Alors qu’il faut 10 000 heures pour modifier la structure du cerveau, la maîtrise est ce qui se produit lorsque vous avez passé plus de 20 000 heures sur une tâche.

Lorsque les choses sont complexes ou chaotiques, nous désirons ce qui est simple et facile. La maîtrise ne consiste pas simplement à suivre son intuition, mais à suivre son intuition après des milliers d’heures d’immersion et d’étude intense.

Nier le concept de maîtrise pourrait venir de vos parents ou de vos pairs, et fait des affirmations erronées comme :

  • “Le génie est inné“
  • “La maîtrise et l’ambition sont égoïstes et immorales“
  • “Le succès dépend de la chance“
  • “Il faut être au bon endroit au bon moment“
  • “Ne vous donnez pas la peine, profitez simplement de votre courte vie“

Gardez toujours le sentiment que vous avez un destin unique et réalisez que les revers ne sont que des outils d’apprentissage sur ce chemin.

Adoptez un passe-temps pour stimuler votre capacité d’intuition des connexions : apprenez un nouvel instrument ou une nouvelle langue par exemple.

Étudiez les détails, afin d’avoir une vue d’ensemble.

La “réalité ultime“ est la réalisation que toutes les formes de vie proviennent d’une origine commune. À la Renaissance, l’Homme universel idéal “reliait toutes les branches du savoir“. Notre spécialisation moderne, surtout en science, ignore cette réalité.

Il y a des moments clés dans la vie de chaque maître où il a décidé d’embrasser sa propre voie unique et non conventionnelle.

En physique, Einstein ne s’est pas jeté sur les mathématiques et l’expérimentation (comme c’était courant pour les physiciens). Cependant, après avoir passé plus de 10 000 heures plongé dans les détails, il a été capable “d’intuitionner“ une nouvelle façon de voir l’univers.

Les artistes de l’époque de De Vinci étaient poussés à produire plus de quantité. Lui, a ignoré ces pressions, a pris son temps et a créé des détails étonnants dans ses dessins (bien que cela lui ait pris plus de temps).

“Nous ne voulons pas avoir à penser aux 10 000 ou 20 000 heures que nécessite une telle maîtrise“. Pourtant, ce sont les détails et l’immersion sur une longue période de temps qui permettent de développer cette sensation intuitive.

“C’est en fait le comble de l’égoïsme que de se contenter de consommer ce que les autres créent et de se retrancher dans une coquille d’objectifs limités et de plaisirs immédiats“

“Une intuition de haut niveau, le signe ultime de la maîtrise“

Lire le livre

Cliquez ici pour acheter Mastery de Robert Greene sur Amazon (lien affilié).

Inscrivez vous pour recevoir conseils et exclus privées par email

être avertis des nouveaux résumés, 
des idées, des reflexions, des promotions, ...

c’est seulement dans les emails privés
Emails gratuits. Désinscription en 1 clic. Vos données sont privées et le restent.
Publié le
Catégorisé comme Résumés