The appearance of power de Tanner Guzy [résumé]

Ce résumé contient des liens affiliés Amazon.

Les vêtements ne sont pas le facteur principal de tout objectif masculin, mais un complément à vos efforts pour faire de vous un homme meilleur.

À travers ce livre, l’objectif de Tanner Guzy est de comprendre et d’appliquer les principes de l’influence des vêtements sur la masculinité, afin que vous puissiez, en permanence, avoir l’air bien habillé.

Le but ultime est d’utiliser votre apparence comme l’un des nombreux moyens d’atteindre les objectifs que vous souhaitez.

1. Apparence et pouvoir

Tanner Guzy a un jour fait remarquer à son oncle, vétéran de guerre, à quel point les anciens uniformes démontraient la discipline, l’honneur et la diligence. Son oncle a répondu en faisant remarquer que pour lui, ces uniformes ne servaient qu’à cacher les vices des soldats.

“Le pouvoir a une apparence et l’apparence a un pouvoir. Dans l’idéal, ces deux éléments devraient s’aligner ensemble et le monde serait rempli d’hommes bons et masculins qui s’habillent et ressemblent à des hommes bons et masculins“

Il y a des hommes bons qui s’habillent mal, et des hommes mauvais qui s’habillent bien. Ce comportement asymétrique a privé l’apparence de son pouvoir et vice versa, créant un récit culturel selon lequel il ne faut pas “juger un livre à sa couverture“.

Cependant, il est dans la nature humaine de juger en fonction de stimuli visuels tels que le physique, le langage corporel et les vêtements pour évaluer rapidement et efficacement les personnes qui nous entourent.

La garde-robe doit refléter :

  • La réalité (qui vous êtes réellement)
  • et les aspirations (comment vous voulez être perçu)

Une façon simple d’exprimer un désir d’amélioration de soi est d’adapter sa garde-robe à ses aspirations. Les parallèles entre “comment vous êtes“ et “qui vous êtes“ donnent une image d’honnêteté et d’ambition.

Habillez-vous en fonction de votre personnalité ainsi que de vos aspirations pour signaler votre honnêteté et votre ambition.

2. Pourquoi l’apparence est importante

Reconnaissez que vos vêtements, votre toilette, votre posture et d’autres indices visuels sont des outils qui peuvent être bénéfiques ou néfastes.

L’apparence existe entièrement dans le domaine de l’efficacité contextuelle plutôt que dans celui du bien ou du mal. Par exemple, un costume et une cravate sont efficaces dans un bureau, mais parfaitement inefficaces dans une mine de charbon.

Les relations des hommes avec les vêtements sont basées sur deux principes :

  1. Tous les hommes se soucient de leur apparence, et
  2. Le niveau de soin est proportionnel à la valeur reçue

Les trois types de relations qu’un homme peut avoir avec les vêtements sont les suivants :

  1. Antipathie :
    Cette mentalité dominante postule que le souci de l’apparence est antithétique de la masculinité, et qu’il ne faut donc considérer que la fonction, le coût et le confort en matière de vêtements.
  2. Neutralité :
    “Tant que je n’ai pas l’air mal, je ne me soucie pas vraiment de mon apparence“.

Ces personnes ne se distinguent pas, n’ont pas d’impact significatif et ne seront pas enclines à s’habiller en haut ou en bas de leur satisfaction dans cette “zone neutre“.

  1. Affinité :
    Les hommes peuvent craindre d’être perçus comme accordant de l’importance à l’apparence, croyant illogiquement que des efforts intentionnels en matière d’apparence les émasculeront. Mais ces craintes sont illogiques.

L’affinité esthétique est ce qui pousse les hommes à porter les maillots de leurs équipes favorites, ou les médecins leur blouse blanche symbolique. Une conscience saine de l’apparence peut être utilisée pour atteindre le succès.

Réalisez que l’opinion de vos proches compte. Utilisez ces informations pour vous aligner en conséquence. Si tout le monde porte des chemises rouges, vous pouvez signaler votre assimilation en portant du rouge, ou votre rébellion en portant du bleu.

Il est souvent difficile pour les gens de faire la distinction entre “ce à quoi je suis habitué“ et “ce qui est bien“. Les signaux de l’intérieur ou de l’extérieur du groupe peuvent donc facilement s’étendre au domaine de la moralité.

Les vêtements modifient également l’image que nous avons de nous-mêmes, en alignant la perception de soi sur la signification de la tenue, un processus connu sous le nom de “cognition enveloppée“, qui entre en synergie avec l’effet de halo, où une bonne qualité étend son attrait à d’autres caractéristiques de la personne.

Le fait de s’habiller pour avoir plus confiance en soi amène plus de gens à vous faire confiance, ce qui contribue à un cycle vertueux de confiance en soi.

L’apparence importe parce que 1) tous les hommes ont une relation personnelle avec les vêtements, et 2) tous les humains sont biologiquement câblés pour porter des jugements basés sur les apparences.

Pouvoir ou attrait ?

Les humains sont des créatures sexuellement dimorphiques, ce qui signifie que les hommes et les femmes ont des propriétés biologiques distinctes et des moyens uniques de se valoriser auprès des autres : Les femmes projettent la fertilité, la jeunesse et la beauté, tandis que les hommes projettent l’utilité, la bravoure et le pouvoir (non seulement physique, mais aussi sociologique et économique).

Des fins différentes peuvent être atteintes par des moyens similaires, comme le maquillage sur les plateaux de télévision.

« Le pouvoir, c’est la confiance et la compétence nécessaires pour prendre des risques et les transformer en récompense »

Si la plupart des hommes d’aujourd’hui ne sont plus confrontés aux tigres à dents de sabre, aux guerres tribales et autres risques violents d’antan, ils doivent néanmoins affronter et surmonter les risques sociaux contemporains.

Alors que l’objectif esthétique principal des femmes est l’attrait visuel, l’objectif principal des hommes est le pouvoir visuel.

4. Masculinité et esthétique

En raison d’anciennes influences religieuses, le monde moderne ne peut pas séparer le genre de la moralité, et est incapable de voir la masculinité comme amorale. Puisque la moralité est universelle, elle ne peut dénoter la masculinité.

“Il y a une différence entre être un homme bon et être bon en tant qu’homme“

Ne trouvant aucune corrélation entre la masculinité et la bonté, nous trouvons quatre caractéristiques essentielles qui font qu’un homme est “bon à être un homme“, ce qui peut être signalé par les vêtements et l’apparence.

  1. Le courage
    Alors que les hommes recherchaient autrefois des cicatrices pour indiquer leur courage physique, nous pouvons aujourd’hui exprimer un courage social plus pertinent par des déclarations politiques, comme un message sur un t-shirt, ou plus communément, en choisissant de nous habiller différemment des autres hommes qui nous entourent.
  2. La force
    Autrefois exprimée par les tuniques pourpres et les costumes de guerre, nous reconnaissons aujourd’hui la force dans la simplicité de la forme humaine.

Le costume traditionnel met en valeur une forme masculine en V, large et forte, dans laquelle les épaules sont plus larges que la taille.

  1. La maîtrise
    Commun à presque toutes les cultures “méritocratiques“, des indices de style subtils signalent où nous nous situons dans la hiérarchie, comme dans le cas des insignes académiques.
  2. L’honneur
    Au Congo, les hommes de l’ethnie Salampasu gagnent de nouveaux masques au fur et à mesure qu’ils montent en grade. Plus de masques indiquent une position plus élevée et honorable.

S’habiller selon la norme culturellement approuvée confère de la dignité à sa position.

L’esthétique masculine englobe :

  • Le courage
  • La force
  • La maîtrise
  • Et l’honneur

5. L’habillement est une communication

La communication n’est pas innée mais enseignée. Le monde moderne prétend que les constructions sociales ont moins de valeur, suggérant plutôt que nous embrassions des facteurs biologiques.

Cependant, les limites de nos fonctions biologiques n’iraient pas loin dans la société moderne sans la communication.

Le langage est l’équilibre entre le groupe et l’individu, avec des accords sur la signification de certains mots et concepts pour communiquer efficacement.

De même, les vêtements peuvent communiquer. Si les hommes parlaient comme ils s’habillent, d’une manière qui dénote un confort personnel et pour éviter l’embarras, le discours serait différent.

Le sens est compris, mais il ne vous mènera pas loin.

L’apparence est un langage.

Ce que nous projetons visuellement est tout aussi important que ce que nous disons par la parole.

6. Tactiques Vs. Stratégies

La plupart des conseils de style disponibles aujourd’hui sont des tactiques, et si les tactiques et objectifs ci-dessous n’ont pas de valeur en soi, ils sont cruciaux pour atteindre les objectifs :

  1. Identifiez le but que vous recherchez
    Par exemple, être en forme physiquement.
  2. Construisez votre stratégie et l’approche que vous adopterez
    Par exemple, perdre de la masse grasse, développer votre masse musculaire et augmenter votre endurance en associant X régime alimentaire et Y type d’entraînement.
  3. Établissez vos objectifs en étapes mesurables
    Par exemple, perdre 10 % de masse grasse, ajouter 5 kg de muscles ou courir 8 km.
  4. Revenez aux tactiques, ou aux outils que vous utilisez
    Par exemple, ccompter les calories, soulever des poids 3 fois par semaine, et faire du cardio 3 fois par semaine.

Sans objectifs spécifiques et mesurables, vous manquerez de motivation, de determination, et pourrez même dénigrer les autres pour leur investissement dans de tels objectifs. Si vous vous arrêtez à des tactiques, votre apparence ne communiquera jamais un réel pouvoir, et paraîtra inauthentique.

“Ce que je vais faire, c’est vous guider à travers les principes nécessaires pour que vous n’ayez plus jamais à remettre en question ce que vous portez“

Pour trouver un sens et un pouvoir réels dans votre apparence, n’oubliez pas votre objectif principal et votre stratégie, sans accorder trop d’importance aux tactiques mainstream.

7. Corps

La plupart des coachs en apparence se concentrent sur la “science“ du style, impliquant la forme du visage, le type de corps ou encore le teint de la peau.

Les quatre principes fondamentaux concernant le corps qui suivent doivent être complétés par un état d’esprit, une discipline et une prise de risques appropriée :

Le contraste

Le contraste avec le teint de la peau et la couleur des cheveux :

  1. Garantit que la quantité appropriée d’attention est concentrée sur votre visage et non sur les vêtements qui vous entourent, et
  2. aide votre peau à paraître saine et vibrante en faisant correspondre les niveaux de contraste de votre peau et de vos vêtements, avec trois termes de contraste des couleurs basés sur les positions des couleurs sur le cercle chromatique.

~Cheveux clairs et peau claire:~
Un contraste atténué, dans lequel vous portez principalement des couleurs analogues, et des couleurs triadiques en second lieu.

Évitez les couleurs contrastées.

~Cheveux foncés et peau claire:~
Un contraste élevé, dans lequel vous portez principalement des couleurs contrastées, et des couleurs triadiques en second lieu.

Évitez les couleurs analogues.

~Cheveux foncés et peau très foncée:~
Un contraste moyen à élevé.

~Toute autre variation:~
Un contraste moyen, dans lequel vous pouvez porter presque toutes les combinaisons de couleurs que vous aimez.

Le niveau de contraste est moins important dans une tenue globale que pour les différents accessoires près de votre visage.

La forme du visage

La forme idéale du visage d’un homme est symétrique et applique le nombre d’or, aussi appelé “phi“ 𝛗 (1,618), à de nombreux segments différents du visage (par exemple, la distance entre les yeux, l’arête du nez et la base du nez).

Pour visualiser le nombre d’or plus facilement et de manière plus pratique, nous pouvons regrouper les visages en fonction de leur forme et de leur symétrie et, même si vous n’avez pas un visage “parfait“, vous pouvez compléter votre apparence par la forme de vos lunettes, votre type de barbe, etc.

Les proportions

Le nombre d’or s’applique aux proportions générales de votre corps tout entier, et le fait de le respecter vous fera paraître puissant et attirant.

Le rapport le plus important est le rapport entre vos épaules et votre taille, le rapport idéal étant de 1,618.

Pour créer visuellement ce nombre d’or, vous pouvez utiliser 1) la taille et 2) le type de motifs de vos vêtements.

~Taille des motifs:~
Les hommes de grande taille doivent porter des motifs plus grands pour éviter de paraître costauds, et les hommes de petite taille doivent porter des motifs plus petits pour éviter de paraître miniatures.

~Type de motif:~

  • Les rayures verticales ajoutent une hauteur visuelle et affinent votre apparence.
  • Les rayures horizontales vous découpent en segments, pour ajouter du poids visuel et raccourcir votre apparence.
  • Les carreaux, tartans, et autres motifs de ce genre ajoutent du poids visuel, vous faisant paraître plus grand et plus musclé.

Teint de la peau

Vous avez l’un des deux tons de peau suivants :

  • Chaud (déterminé par les veines verdâtres à l’intérieur des avant-bras)
  • Froid (veines bleuâtres)

Les tons de peau froids sont mieux mis en valeur par des couleurs froides (noir, blanc, gris), et les tons de peau chauds par des couleurs chaudes (ivoire, brun, blanc cassé).

Les tons assortis vous donneront l’impression d’être en meilleure santé, et vous pourrez passer aux nuances (vert, jaune, violet, orange) une fois que vous aurrez déterminé ce qui donne le meilleur aspect à votre teint.

Les hommes les mieux habillés savent tous comment s’habiller en fonction de leur corps et de ses limites, mais tous les hommes qui comprennent les règles de style concernant leur corps ne sont pas nécessairement bien habillés.

8. Archétype

Il existe de nombreuses façons, issues de cultures variées, d’adhérer aux règles de style et de manifester des traits distincts et désirables.

Pour commencer, vous devez identifier votre archétype de style, ou les indicateurs physiques qui représentent le mieux votre attitude, vos croyances et votre relation avec le monde.

Les trois principaux archétypes sont :

  1. Le Robuste
    L’homme robuste est physiquement et traditionnellement masculin, il exerce sa volonté par la force brute, et préfère la simplicité de la nature et le travail dur.

“Il est l’aventurier, le montagnard, le gladiateur et l’ouvrier“

  1. Raffiné
    L’homme raffiné exerce sa volonté via les relations, l’argent et le pouvoir politique/social, atteignant une masculinité financière et influente en dominant les hiérarchies sociales et en naviguant dans un monde créé par l’homme.

“Il est le titan de l’industrie, le politicien, le gestionnaire de fonds spéculatifs, le 1%“

  1. Le Débauché
    L’homme débauché (“Rake“ dans le livre) est socialement masculin, exerçant sa volonté via son attitude, son charisme et son mépris de la société. Il est plus à l’aise dans un monde créé par l’homme que dans la nature, mais il néglige la tradition et le respect des règles, privilégiant plutôt la rébellion et le fait de se démarquer.

“Il est le playboy, la rock star, le hors-la-loi et le justicier“

Si les vêtements sont une forme de communication, alors l’archétype est votre langage. Vous êtes probablement un mélange de certains ou de tous les archétypes et comprendre comment vous vous identifiez personnellement à eux vous permettra d’explorer ces langages, ses accents uniques, et ses variations.

Il n’existe pas de norme objective unique pour bien s’habiller, mais plutôt trois archétypes primaires du style masculin idéal.

9. Tribu

Le lieutenant-colonel Grossman explique que la principale motivation d’un homme pour tuer un autre être humain est “un puissant sentiment de responsabilité envers ses camarades sur le champ de bataille“, ce qui va à l’encontre de la croyance selon laquelle les “vrais“ hommes ne se soucient pas de ce que pensent les autres, qu’il rejette des concepts comme l’honneur et la loyauté au profit d’un état d’esprit égoïste.

D’un autre côté, nous ne pouvons pas non plus nous soucier de tout le monde puisque nous ne pouvons pas imaginer, et encore moins être conscient, des opinions de tous les êtres humains de la planète.

Par conséquent, le facteur déterminant de la camaraderie est un mélange de compassion pour ses camarades et l’opinion qu’ils ont de nous.

Les gens sont intrinsèquement tribaux, c’est la nature humaine. Nous apprécions et passons du temps avec des personnes partageant les mêmes idées et nous distinguons notre espèce des “autres“ par des “uniformes“.

Les uniformes indiquent l’appartenance d’une personne à une tribu, ainsi que sa hiérarchie au sein de la tribu. Le statut est primordial lorsqu’il s’agit de s’habiller au sein d’une tribu.

Les lanceurs de tendances qui réussissent sont ceux qui ont un statut élevé et qui prennent des risques sociaux en portant quelque chose de différent, ce qui dénote leur statut élevé, leur courage et leur confiance.

Cela incite les membres de rang inférieur à les imiter jusqu’à ce que le rang le plus bas imite le nouvel accessoire tribal, puis, le cycle recommence.

Il faut reconnaître le rythme et la fréquence de ces cycles au sein de son groupe si l’on veut s’habiller en conséquence.

Lorsque Nike a sorti la première Air Jordan I, elle fut interdite par la NBA, provoquant une controverse qui a permis de promouvoir les Air Jordan, car Michael Jordan a continué à les porter malgré les amendes imposées.

La NBA a cédé sur l’interdiction, et les Air Jordan sont devenues la chaussure la plus populaire de l’histoire de la NBA. En revanche, le coéquipier de Jordan, Dennis Rodman, a un look caractéristique avec des cheveux de couleur vive, des tatouages et des piercings, mais son apparence n’a jamais eu l’impact sur la NBA que Jordan a eu.

Le statut supérieur de Jordan lui permettait une plus grande marge de manœuvre dans sa façon de s’habiller par rapport à l’uniforme de sa tribu et avait plus de valeur à imiter.

Si les rebelles comme Rodman cherchent à s’habiller de façon radicalement différente pour se séparer de la tribu et s’assurer qu’on ne les oublie pas facilement, les leaders comme Jordan ne devraient chercher à se différencier que de façon subtile, donnant aux émules un déni plausible.

Si le but premier de l’esthétique d’une tribu est de séparer visuellement le “nous“ du “eux“, les nuances et les variations de leur uniforme aident à établir et à communiquer la hiérarchie et la valeur au sein du groupe.

10. Goût

Le goût ne consiste pas à porter quelque chose d’original, mais plutôt à combiner des éléments de notre Archétype et de notre Tribu qui reflètent le mieux qui nous sommes.

Le goût n’est peut-être pas une sélection délibérée de vêtements, mais les meilleurs styles ne sont pas le fruit du hasard. Ils se développent à partir d’une réflexion et d’une action minutieuses pour devenir quelque chose d’automatique et de naturel.

Il faut trouver un équilibre entre la commodité contextuelle du style (l’uniforme qui fonctionne le mieux dans une position), notre goût personnel et l’uniforme de la tribu.

Bien qu’il puisse sembler que le goût et la tribu soient en désaccord, ils peuvent toutefois coexister simultanément.

“De la même manière que les hommes sont câblés pour entrer en compétition ou coopérer avec les autres hommes de leur tribu selon les circonstances, votre apparence peut être dirigée pour entrer en compétition (Goût) ou coopérer (Tribu) avec les autres hommes de la bande“

Alors que l’expérimentation pour trouver son meilleur style semble comporter un risque social élevé pour peu de bénéfices, le goût ne consiste pas à se distinguer pour lui-même, mais à incorporer des éléments communs dans quelque chose de plus personnel et unique.

Ainsi, pour bien s’habiller, hiérarchiquement, le goût vient après la tribu. Équilibrer ces nuances de goût et de tribu nécessite une maîtrise qui signale vos compétences à votre tribu et au monde en général.

“Le goût peut s’étendre par dessus, déformer ou combiner des éléments tribaux, mais il ne peut jamais supplanter complètement l’importance de la façon dont les autres perçoivent ce que nous portons“

11. Lieu

Le lieu définit le contexte, la culture et les tribus. Après tout, les Inuits ne portent pas de pagne.

Si l’homme soucieux de son style le développe correctement en fonction de son corps, de ses goûts, de sa tribu et de son lieu, il peut tomber dans le même piège que l’auteur lui-même : ne pas tenir compte de plusieurs lieux.

En se basant sur son lieu principal, Tanner Guzy était stylé sur son lieu de travail mais n’avait pas d’impact à la salle de sport, au camping, ou dans d’autres lieux secondaires et tertiaires.

Autant les vêtements sont véritablement un moyen social (un moyen qui a plus d’impact sur des choses comme le statut, la tribu, la perception de soi et l’aspiration), autant ils ont toujours leurs racines dans la relation fonctionnelle entre l’homme et la nature.

12. Effort

Pour vraiment maîtriser votre apparence, vous devez apprendre à appliquer la quantité idéale d’efforts pour obtenir les résultats que vous recherchez.

~La hiérarchie de la maîtrise se compose de :~

  1. Aucun effort et aucune maîtrise
    La balance entre l’entrée et la sortie est égale au départ.
  2. Effort investi sans maîtrise
    Un effort élevé et un rendement positif minime. Un mauvais moment à passer.

Les hommes sont réticents aux investissements et au risque social durant cette période de croissance nécessaire.

  1. Maîtrise avec effort
    L’entrée et la sortie commencent à s’égaliser, et les deux sont plus élevées qu’au stade 1.
  2. Compétence sans effort
    Le niveau d’entrée diminue et le niveau de sortie augmente. Une plus grande maîtrise avec des rendements décroissants.
  3. Maîtrise avec effort
    Comme pour la maîtrise avec effort, on peut observer une période où les efforts sont supérieurs aux résultats.
  4. Maîtrise sans effort
    Comme pour la maîtrise sans effort, les résultats sont encore plus importants avec encore moins d’efforts.

L’objectif de toute quête est la maîtrise sans effort, mais le seul moyen d’y parvenir est de faire des efforts.

Il est compréhensible d’avoir peur de prendre les mesures nécessaires pour maîtriser son style personnel, étant donné que le rendement initial est minime et que vos erreurs sont rendues publiques au fur et à mesure que vous progressez. L’objectif final pour la plupart des hommes devrait être la maîtrise sans effort des cinq variables précédentes, ajustées pour aboutir au bon équilibre entre l’effort et le rendement.

La dernière composante du processus de maîtrise est la passion, qui diminue la perception de la quantité d’efforts investis. Cela donne l’impression d’une amélioration du rendement. Vous devez évaluer le rapport idéal entre l’énergie investie et le résultat de la maîtrise.

Vous pourriez être tenté de décharger votre énergie sur un conjoint ou une sorte de styliste. C’est peu judicieux pour deux raisons majeures :

  1. Vous devez exprimer votre moi intérieur à travers votre propre style. Un styliste vous traitera comme un mannequin pour un style qui n’est pas le vôtre.
  2. Ce que vous portez déterminera vos relations. Avec un tel impact, il est donc préférable d’être autonome.

“Vous vous nourrissez, vous vous lavez et vous pensez par vous-même. Vous devriez aussi vous habiller vous-même“

Pour atteindre l’idéal, la maîtrise de votre apparence sans effort, vous devez jauger le meilleur rapport entre l’entrée d’énergie et la sortie de style.

13. Conclusion

Dans son livre Influence et manipulation, Robert Cialdini introduit le principe de cohérence, l’idée que nous croyons plus fermement en quelque chose une fois que nous nous y sommes engagés, et par conséquent, nous voyons tout changement majeur non pas comme un progrès mais comme une incohérence.

Pour éviter les déclarations sur la façon dont “vous avez changé“ ou “vous vous êtes vendu à l’ennemi“, concentrez-vous sur les améliorations internes dans lesquelles il n’y a pas de responsabilité. Finalement, votre amélioration personnelle se manifestera visuellement.

“Il est insensé de vouloir cacher votre nouvelle croissance par crainte d’être en contradiction avec l’homme que vous étiez auparavant“

Un changement de garde-robe devrait suivre la transformation graduelle de votre physique changeant plutôt qu’un passage immédiat à une nouvelle garde-robe. En fait, bien s’habiller peut se faire sans effort.

Vous devrez consacrer un certain temps à l’apprentissage et au shopping, mais cela améliorera rapidement vos autres activités, objectifs et projets.

“Les engagements les plus efficaces pour changer l’image de soi et le comportement futur d’une personne sont ceux qui sont actifs, publics et sans effort“
Robert Cialdini

Lire le livre

Cliquez ici pour acheter The appearance of power de Tanner Guzy, sur Amazon (liens affiliés).

Inscrivez vous pour recevoir conseils et exclus privées par email

être avertis des nouveaux résumés, 
des idées, des reflexions, des promotions, ...

c’est seulement dans les emails privés
Emails gratuits. Désinscription en 1 clic. Vos données sont privées et le restent.
Publié le
Catégorisé comme Résumés